sport and periods

Sport féminin, tenue blanche et menstruations

Mardi, 12 Juillet 2022

Le début de l’été coïncide avec le retour de nombreuses compétitions sportives. A cette occasion, de nombreuses athlètes (re)lancent les discussions au sujet de l'inconfort du port de tenues blanches pour des sportives professionnelles de haut niveau durant leurs règles.

Sport féminin, la fin des tenues blanches ?

Le tournoi de tennis de Wimbledon vient tout juste de se terminer. Ce tournoi du Grand Chlem se distingue par son code vestimentaire strict, qui remonte à la fin du 19ème siècle. Celui-ci impose le port d'une tenue entièrement blanche pour toustes les participant·e·s à la compétition. Ce règlement, qui s'est durci au fil des années, impose même que les sous-vêtements qui "sont ou peuvent être visibles pendant le jeu (y compris en raison de la transpiration)" soient soumis aux règles strictes du blanc. 

Au cours des dernières années, de nombreuses joueuses ont partagé l'anxiété supplémentaire que peut générer le fait de jouer complètement en blanc lorsque l'on a ses règles.

Cette année, en marge de la finale féminine du tournoi, un groupe restreint de militantes mené par la joueuse de tennis amatrice Gabriella Holmes et la footballeuse Holly Gordon, ont organisé une manifestation aux abords du stade de Wimbledon. Celles-ci revendiquent une adaptation du code vestimentaire de la compétition afin de tenir compte de l'aspect pratique pour les femmes. Gabriella Holmes suggère par exemple un amendement autorisant les femmes à porter les couleurs officielles du All England Club (organisateur du tournoi de Wimbledon), le vert et le violet, sous leur tenue blanche.

Il n'y a pas que les joueuses de tennis qui soulèvent les problématiques autour de la couleur blanche des tenues. Avec l'Euro de football féminin qui a débuté la semaine dernière en Angleterre, des critiques similaires ont émané de la part de joueuses de la sélection anglaise. L'attaquante Beth Mead a révélé qu'elle et ses coéquipières ont discuté avec leur équipementier, Nike, afin d'envisager le remplacement de leur short entièrement blanc en raison des craintes liées au port de cette couleur durant leurs menstruations.

Menstruations, frein à la pratique de sport chez les jeunes filles ?

Au-delà d'un débat autour d'un choix vestimentaire, ces discussions lancées par les sportives de haut niveau ouvrent un débat plus large autour du tabou de l'impact des menstruations sur la pratique sportive. Une étude menée par le programme d'éducation menstruelle Betty for Schools en 2017, a révélé que la moitié des femmes interrogées déclarent avoir déjà eu des règles si douloureuses et si abondantes qu'elles les avaient physiquement empêchées de faire du sport.

Ce débat constitue également une occasion d'aborder l'abandon du sport que l'on peut observer chez les jeunes filles durant leur règle ou la puberté. En effet, une étude menée par Adidas en 2021 a révélé que 1/4 des jeunes filles abandonnent le sport à l'adolescence. L'une des principales raisons, invoquées par celles-ci, est la crainte de voir leur protection hygiénique fuir.
 

Ce que fait POUR LA SOLIDARITÉ

Avec son projet Sporty Mentor, PLS vise à encourager la pratique sportive chez les jeunes âgé·e·s de 13 à 19 ans ayant des comportements difficiles en apportant une attention plus particulière aux jeunes filles